L’étang Noir, l’étang Bleu et le pic de Tarbesou

Ariège - Étang bleu et étang noir - Pic de Tarbesou

Une balade offrant des panoramiques remarquables sur les chaînes de l’Ariège et dans l’environnement typique et protégé des étangs de montagne.

Département : Ariège (09)
Direction : Ascou
Départ : Col de Paillères
Situer sur la carte

Au-dessus d’Ax-les-Thermes, en direction du Col de Pailhères, se trouve une balade particulièrement intéressante. Démarrant à 2000 m d’altitude, elle permet de parcourir des séquences variées qui allient la découverte des étangs d’Ariège avec l’ascension du pic de Tarbesou en option. Le point de départ se situe au sommet du col et le cheminement démarre sur des prairies d’altitude où les myrtilles poussent à foison. Le sentier est bien balisé et des panneaux indicateurs permettent de s’orienter à la première intersection.

Le cadre de la balade est typique des paysage d’altitude. Passée la vue sur le pic de Tarbesou, le chemin en direction des étangs serpente parmi les myrtilles et les rhododendrons. La flore est très présente sur ce parcours et la déambulation se déroule entre zones rocailleuses et traversées de pinèdes. Quelques panonceaux en début de parcours participent à la découverte du milieu naturel. Les variations de terrain font le charme de cette balade qu’accentue le caractère intimiste de certains passages. Se présente ensuite une ascension vers la Coumeille de l’Ours qui est le point dominant la vallée suivante. De là surgit la vue sur les étangs Bleu et Noir situés en contrebas ainsi qu’un vaste panoramique sur les chaînes de l’Ariège. Le paysage est ici somptueux à admirer.

S’ensuit la descente sur les étangs, situés l’un au-dessus de l’autre dans un cadre de pinèdes où il fait bon se poser. On peut scruter de cet endroit les crêtes dominantes du Sarrat des Escales et du pic de Tarbesou, tandis qu’en contrebas scintille l’étang de Rabassoles. Le cadre et l’ambiance sont particulièrement typiques de l’environnement des montagnes ariégeoises. À partir de là, passé un bon moment auprès des étangs, il est possible de revenir par la même route vers le point de départ. Sinon, dans l’esprit d’une randonnée plus que d’une balade, se lancer dans l’ascension en boucle vers le pic de Tarbesou est une option envisageable.

Cette option demande un peu d’entraînement pour franchir en première étape le passage de l’ « étang sans nom ». Celui-ci conduit sur le Sarrat des Escales où se présente un long cheminement en crête. Les vues sont là aussi particulièrement profondes et remarquables, à cheval entre les étangs laissés en contrebas et la vallée d’Ax-les-Thermes. L’ascension du pic de Tarbesou est sans difficulté, hormis la nécessite d’un minimum d’endurance, la première étape du parcours étant déjà un peu sportive. Depuis le sommet la vue panoramique à 360° révèle toute l’étendue de la chaîne ariégeoise et plonge également sur les plaines lointaines des contreforts pyrénéens. Le retour vers le col de Pailhères s’effectue ensuite sur un sentier plus clément qui trace sa route à flanc de prairies.

Altitude min/max : 1930 m/2340 m
Longueur balade : 11,5 km
Dénivelé cumulé : 795 m
Durée moyenne : 7 heures (avec pauses)

logo randonneurVoir le parcours sur la carte

Articles similaires

La grotte de Niaux

grotte de Niaux - Ariège

À proximité de Tarascon-sur-Ariège, sous les sommets du Vicdessos, la grotte de Niaux réserve l’une des plongées les plus spectaculaires dans la nuit des temps préhistoriques.

Département : Ariège (09)
Direction : Niaux
Départ : parking de la grotte de Niaux
Situer sur la carte

Terre habitée depuis la nuit des temps, l’Ariège abrite de nombreuses grottes qui furent très tôt fréquentées par les hommes. Au-dessus de Tarascon-sur-Ariège, dans la vallée du Vicdessos, se tient l’une des plus célèbres : la grotte de Niaux. Renommée pour ses peintures pariétales et ses gravures au sol, elle est l’un des rares sites préhistoriques encore ouverts au public. Les conditions de sa visite s’en trouvent assez strictes et la réservation est nécessaire pour y accéder. Située juste au-dessus du village de Niaux, l’accès se fait aisément en voiture. Le site est bien repérable, l’entrée étant ornementée par une monumentale structure métallique conçue par l’architecte Massimiliano Fuksas. Jouant le rôle de signal au-dessus de la vallée, cette architecture spectaculaire est également un promontoire panoramique.

La visite de la grotte de Niaux s’effectue en petits groupes de 20 personnes au maximum pour préserver la conservation des œuvres préhistoriques qui en décorent les parois. Le cheminement intérieur compte 800 m de galeries parcourues à l’aide d’un éclairage portatif. L’état du sol d’origine étant préservé, il est conseillé de s’équiper de chaussures adaptées pour progresser dans un milieu humide et parfois glissant. L’expérience est unique : la plongée dans l’obscurité de la nuit des temps est immédiate. Le chemin emprunté est sensiblement le même que celui sur lequel progressait les premiers hommes. La grotte ayant été fréquentées dès les siècles précédents, de nombreuses inscriptions d’époque récente se découvrent durant le parcours, la plus ancienne étant datée de 1602.

Le cœur de la visite est l’aboutissement au « Salon noir », vaste salle comparable à la nef d’une cathédrale où résonne le moindre murmure. À cet endroit se concentrent la majorité des œuvres pariétales de l’époque magdalénienne. Celles-ci se révèlent à la lueur des torches : bisons, chevaux, bouquetins, cervidés surgissent en silhouettes ocres ou noires dans les faisceaux de lumière. L’émotion est forte face à ces dessins qui gardent toute leur fraîcheur et leur spontanéité malgré leurs 13 000 ans d’âge. L’ambiance intimiste de la visite éveille un sentiment de privilège : celui d’assister à un spectacle d’exception, dans l’une des dernières grottes pariétales où le public est admis. À Niaux, site de contraste où cohabite vue lumineuse sur la vallée du Vicdessos et plongée dans l’obscurité du monde magdalénien, l’émotion est garantie !

Pour réserver : https://sites-touristiques-ariege.oxygeno.fr

Classement de la Grotte de Niaux
○ Grands Sites Midi-Pyrénées


Articles similaires

Les crêtes de Cornudère

Cretes de Cornudere - Arbas

Une balade en crêtes sans difficulté, offrant de vastes vues panoramiques sur la plaine de Garonne et la Haute-Ariège.

Département : Haute-Garonne (31)
Direction : Arbas
Départ : parking de la Fontaine de l’Ours
Situer sur la carte

Voici une balade comme nous les aimons en Occitane secrète car elle marie l’effort physique modéré à la découverte de points de vue exceptionnels. Pour gagner les crêtes de Cornudère l’accès le plus direct passe par Arbas après avoir emprunté la bifurcation de Salies-du-Salat sur l’autoroute A64. Ce trajet est assez plaisant car il traverse de paisibles campagnes jusqu’à passer Arbas puis croiser sur la droite le hameau de Labaderque. Délaissant ce dernier repère habité s’ensuit une montée qui emprunte une petit route sinueuse traçant son chemin en pleine forêt.

Le point d’arrivée se situe sur le parking de la Fontaine de l’Ours dont le nom annonce déjà tout une ambiance. À partir de là on emprunte un sentier qui grimpe dans une magnifique forêt à forte déclivité. C’est le plus gros effort de la balade qui permet d’atteindre les hauts de Cornudère au niveau du Tuc de Tucol. Commence à partir de là une longue promenade en crête s’étirant sur environ 4 km. Sur cette voie dominante, plaisante à parcourir car les déclivités sont faibles et le sol partout recouvert de pâturages, les intérêts visuels sont nombreux. Les horizons paysagers sont étendus et la flore s’y trouve riche : campanules, gentianes de Koch, et autres espèces typiques agrémentent le parcours.

Sur les crêtes de Cornudère, le clou du spectacle ce sont les vues panoramiques. Le site est en effet pris entre plaine de la Garonne et haute Ariège. Depuis cette altitude, les points de vue sont profonds et étendus, offrant d’inoubliables percées sur les vastes plaines au nord et les massifs de l’Ariège, du Luchonnais et des chaînes de la Maladeta au sud. Pour les plus sportifs la balade peut se prolonger en randonnée en entamant l’ascension du Pic de Paloumère qui s’élève en bout de crête. La descente se fait ensuite par la cabane de Roque Pi que l’on aperçoit en contrebas et à partir de laquelle le retour au parking emprunte un large chemin forestier dont les troupeaux sont coutumiers.

La balade en détail

Altitude min/max : 1200m/1568m
Longueur balade : 7,5 km
Dénivelé cumulé : 543 m
Durée moyenne : 4 heures

logo randonneurVoir le parcours sur la carte

Articles similaires

La réserve nationale d’Orlu

Réserve Naturelle d'Orlu - Ascou - Ax-les-Thermes

À proximité d’Ax-les-Thermes, la réserve nationale d’Orlu offre aux promeneurs l’un des plus beaux conservatoires de la faune et de la flore pyrénéennes.

Département : Ariège (09)
Direction : Ax-les-Thermes
Départ : parking du Fanguil – réserve d’Orlu
Situer sur la carte

La réserve naturelle d’Orlu se situe au-dessus d’Ax-les-Thermes, juste en dessous de la spectaculaire Dent d’Orlu, sommet culminant à 2222 m et dominant la vallée. Passées les Forges d’Orlu établies 3,5 km en contrebas, l’accès s’effectue par le parking du Fanguil. Un torrent, l’Oriège, borde cet endroit. Il vous accompagnera durant toute la balade une fois passé le pont. L’ascension a lieu sur un chemin pastoral qui alterne passages forestiers et traversées de prairies. En Ariège, celles-ci portent le nom de jasses.

La réserve d’Orlu est un milieu pyrénéen protégé d’une exceptionnelle richesse faunistique et paysagère. Chaque virage, chaque percée sur le paysage, sont en mesure de réserver quelques surprises. Tout le long de la balade les occasions de découvrir la flore des Pyrénées et de rencontrer la vie sauvage sont nombreuses. Il est fréquent d’y côtoyer isards, marmottes, gypaètes, vautours, aigle royal, etc. Sur le plan de la flore, l’ascension de dénivelé progressif conduit à traverser les différents étages de végétation montagnarde, typiques des vallées pyrénéennes. La richesse exceptionnelle de ce conservatoire naturel a conduit au classement Natura 2000 de l’ensemble de la réserve.

La Jasse d’en Gaudu, vaste prairie que l’on atteint après environ une heure de balade, est particulièrement attractive. La rencontre avec les marmottes y est immanquable. Et si votre regard est suffisamment aiguisé, vous pourriez apercevoir quelques isards pâturant sur les prairies d’altitude qui dominent le site. Parvenus à cet endroit, vous pouvez pousser plus loin en fond de vallée où se présente un sentier plus étroit et plus abrupt serpentant dans la forêt. Si vous souhaitez prolonger la balade par une véritable randonnée, celui-ci vous conduira au Refuge d’en Beys situé à 1970 m d’altitude.

La balade en détail

Altitude min/max : 1145 m/1500 m
Longueur balade : 12 km
Dénivelé cumulé : 730 m
Durée moyenne : 5 heures

logo randonneurVoir le parcours sur la carte

Articles similaires

Le Louron : de Germ à Loudenvielle

Genos - Loudenvielle - Vallee du Louron

Autour du lac de Génos-Loudenvielle, une balade panoramique accompagnée du plaisir de conclure par une baignade ludique aux thermes de Balnéa.

Département : Hautes-Pyrénées (65)
Direction : Génos / Loudenvielle
Départ : parking Balnea ou proximité
Situer sur la carte

Dans les Hautes-Pyrénées, le paysage de chaque vallée recèle des joyaux. En remontant la vallée des Nestes à partir de Lannemezan se présente une bifurcation à Arreau. À cet endroit le dilemme se joue entre emprunter la vallée d’Aure ou bien celle du Louron, chacune présentant une richesse d’attraits cependant différents. Optant pour virer à gauche, c’est dans le Louron que nous nous engageons, en direction de Génos et Loudenvielle.

La vallée du Louron a su préserver la montagne naturelle et pastorale. La route qui conduit à Loudenvielle s’en révèle paisible et bucolique. Passé le village de Génos, la vallée s’ouvre sur la perspective d’un grand lac au-delà duquel se détachent les pics de l’Abeillé et des Gourgs Blancs qui marquent la frontière avec l’Espagne. Le centre thermo-ludique de Balnéa, érigé au bout du lac est un autre atout du site. C’est à cet endroit, juste avant de parvenir à Loudenvielle, qu’il convient de stationner pour commencer la balade et ainsi se réserver la joie des thermes pour le retour.

Le cheminement pédestre suit d’abord la rive droite du lac pour s’engager tout au bout sur un sentier de montagne menant jusqu’à la charmante chapelle d’Artiguelongue qui domine le paysage de son promontoire. Le trajet reprend ensuite jusqu’au village de Loudervielle qu’il convient de traverser pour emprunter un nouveau sentier pastoral. Celui-ci s’engage plus tard sur la traversée d’une succession d’estives. Les vues à partir de là sont dominantes et le parcours aisé, se faufilant de prairies en bosquets jusqu’au village de Germ.

Gagnée cette étape, la descente vers la vallée emprunte le célèbre GR10 qui se révèle à cet endroit particulièrement pentu. Le retour vers Loudenvielle est donc le moment le plus sportif de la balade et permet d’éprouver les efforts requis par une véritable randonnée. L’enchaînement des lacets est agrémenté de diverses stations florales où il n’est pas rare de rencontrer orchidées, primevères et pensées sauvages. L’arrivée débouche dans le village typique de Loudenvielle qu’il est agréable de visiter avant de retrouver le parking du centre thermo-ludique de Balnea. Là, de délicieux bains couronnent de récompense une balade riche de points de vue remarquables sur la haute vallée du Louron.

La balade en détail

Altitude min/max : 950 m/1390 m
Longueur balade : 8,5 km
Dénivelé cumulé : 995 m
Durée moyenne : 5 heures

logo randonneurVoir le parcours sur la carte

[related_posts_by_tax format= »thumbnails » posts_per_page= »6″ exclude_posts= »9356″]