Narbonne, romaine et conviviale

Narbonne et canal de la Robine

Mariant la richesse de son patrimoine historique à une convivialité méridionale bien servie par un environnement viticole et gastronomique généreux, la visite de Narbonne se révèle particulièrement plaisante.


Narbonne la romaine

Située au cœur du Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, traversée par le Canal de la Robine classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et que surplombe l’un des rares ponts encore habités, Narbonne est d’abord une ville romaine. Fondée à la fin du deuxième siècle avant notre ère, Narbonne recèle de nombreuses richesses architecturales et muséales. Colonie majeure dans l’antiquité, elle fut longtemps considérée comme la « fille aînée de Rome hors d’Italie », lien dont témoigne encore la portion de voie Domitienne (Via Domitia) mise à jour sur le parvis de l’Hôtel de ville. En complément de sa valeur historique, elle jouit d’un environnement naturel et paysager où les reliefs des massifs des Corbières et de la Clape viennent côtoyer la mer Méditerranée et les grands étangs de Bages, de l’Ayrolle et de la Berre. Lorsqu’elle se découvre à l’horizon, Narbonne dominée par sa cathédrale semble veiller sur une étendue naturelle typiquement méditerranéenne. Vignes, garrigues et pins parasols y prospèrent jusqu’aux limites de sites naturels préservés comme la plage des Coussoules ou l’Île Sainte Lucie.

Narbonne la médiévale

Située au grand carrefour des provinces antiques, proche de la péninsule ibérique, l’histoire de Narbonne s’en est trouvée souvent mouvementée. Sous domination musulmane au début du VIIIe siècle, elle fut temporairement une capitale d’al-Andalus. Mais la reconquête chrétienne intervint assez rapidement dès le début du IXe siècle et la ville retrouva progressivement un prestige analogue à celui de son passé romain. Elle redevint dès lors une cité médiévale majeure du sud de la France, favorisant à l’intérieur de ses murs et ses territoires alentour l’essor d’une vie religieuse et commerçante animée. Parmi les témoins architecturaux de ce passé restauré dans ses richesses on compte hors-les-murs l’abbaye de Fontfroide, et dans son enceinte la basilique Saint-Paul-Serge et le Palais des Archevêques. Ce dernier constitue à lui seul un ensemble monumental dont on ne trouve comme équivalent que le palais des Papes en Avignon. Au tableau se rajoute la cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur qui abrite sous ses voûtes de 41 mètres de hauteur les plus monumentales orgues d’Europe.

Narbonne la conviviale

L’une des meilleures manières d’apprécier toute la richesse de Narbonne est de visiter le complexe muséal du Palais des Archevêques sans omettre de procéder à l’ascension du colossal donjon d’où l’on domine la ville. En complément de la promenade culturelle et de la visite des édifices religieux, Narbonne s’apprécie également pour sa convivialité méridionale dont les Halles du XIXe siècle offrent un cadre particulièrement savoureux. À cet endroit, parmi les échoppes des poissonniers, des primeurs, des boulangers ou des bouchers-charcutiers, on trouve de petits bars et des restaurants très fréquentés. L’ambiance est typique et il est même possible d’y amener ses propres emplettes qui y seront ensuite préparées à la plancha et servies sur le zinc. En ces lieux respire toute la richesse gastronomique de proximité, que l’on retrouvera également dans les restaurants de la ville et les tables alentour, le tout bien servi par une tradition viticole renommée, ainsi que la proximité des centres ostréicoles de Leucate ou de Gruissan.


Articles similaires